• C4 Adventures

Planter sa tente dans la neige en 7 étapes

Si quelques sardines suffisent à arrimer votre tente en camping l'été, il en est tout autre lorsque vous devez bivouaquer dans 50cm de neige, a fortiori si elle est poudreuse. Mode d’emploi pour vos premiers pas en bivouac hivernal.

Choisissez votre emplacement de bivouac

Votre emplacement devra être aussi plat et aussi abrité du vent que possible. En hiver, l’ennemi principal du montagnard est le vent, qui est une source de froid (effet windchill), de risque d’arrachement et d’accumulation de neige, par effet de congères. Une fois déterminé l’emplacement de campement, prenez soin d’observer de quelle direction provient le vent (même négligeable, il peut tout à fait se renforcer en pleine nuit) et prévoyez d’orienter la tente de manière à maximiser son aéro-dynamisme en cas de tempête.

Préparez le terrain avant de planter votre tente L’installation de votre bivouac dépend du type de neige que vous rencontrerez. Sur de la neige dure (glacier, névés…), il vous sera possible de planter votre tente à même le sol, éventuellement en la protégeant par des murs de neige si le vent souffle. Sur de la neige molle (poudreuse, neige croûtée, soupe …), vous avez tout intérêt à vous enterrer, en tassant au maximum la neige sous la partie habitable, à l’aide de vos skis, raquettes ou pieds. Le cas échéant, il est possible de déneiger la zone de bivouac au préalable, mais cet effort n’est pas franchement nécessaire.

Prévoyez vos ancrages pour fixer la tente dans la neige Pas de sardines en bivouac hivernal ! Votre tente sera fixée par l’intermédiaire d’ancrages, de différentes sortes. Le plus simple est d’utiliser ses skis et/ou bâtons de marche, si vous pouvez les planter à environ 50 centimètres de profondeur. Le cas échéant, des branches de bon diamètre (minimum 5 centimètres) feront très bien l’affaire. Autre possibilité, les cornières demi-lune, disponibles dans toutes les bonnes boutiques spécialisées. Attention, leur efficacité en neige très poudreuse est limitée ; prenez systématiquement le modèle le plus long. Autre solution, le sac à neige, ou tout autre accessoire qui puisse faire office de « corps-mort » (piolet, fagot de branchages, sac plastique …). Pour bien faire, creusez un T dans la neige, placez l’ancre à l’horizontale et le hauban perpendiculairement, et recouvrez le tout de neige bien tassée.

Montez la tente Afin que la tente ne s’envole pas, fixez le premier point, côté « au vent », à l’aide d’une ancre à neige. Le réglage de la tension étant souvent impossible une fois dissimulé sous la neige ; il est possible de réaliser une boucle nouée à mi-distance, qui pourra être ajusté au besoin par la suite.